Chérubin Okende Senga, le ministre des transports technocrate et fils-maison

 Le Ministre National des Transports, Voies de Communication et de désenclavement, Chérubin Okende Senga n’est pas nouveau dans ce secteur mais plutôt un habitué des transports. Il fut Administrateur Directeur Technique et Commercial, et Administrateur Directeur Général ad intérim aux Lignes Aériennes Congolaises (LAC), une entreprise publique qui faisait partie des transports, présentement liquidée. Etymologiquement, le prénom « Chérubin » vient du latin ecclésiastique Cherub qui signifierait « celui qui prie » ou « celui qui communique ». Donc, le ministère des transports, voies de communication et de désenclavement est béni d’avoir un ministre qui sait communiquer, qui prie beaucoup et qui incarne des valeurs.    

Le Ministre des Transports, Chérubin Okende Senga

Chérubin Okende Senga, un homme scientifique avéré   

Hormis sa technocratie en matière des transports, le ministre national des transports, Chérubin Okende Senga est un scientifique avéré. Il est diplômé d’études supérieures (DES) en droit, diplômé supérieur en statistique et doctorant en droit public à l’université de Kinshasa. Initiateur du Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Office Congolais de Contrôle (SATOCC) et de la Confédération Générale des Syndicats Autonomes (CGSA), il est vice-président national honoraire de la Société Civile du Congo (SOCICO). Chérubin Okende Senga fut également Administrateur Directeur Technique au Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) avant d’être Administrateur aux Lac.

 Il est président national du parti politique dénommé Front Social des Indépendants Républicains, en sigle « FSIR » qui est dans le regroupement « Ensemble » de Moise Katumbi. En date du 06 Novembre 2015, le Ministre Chérubin Okende Senga avait publié un ouvrage de 354 pages intitulé « Leadership et jeu politique en RD congo : l’audace d’une révolution substantielle ! ».  Il a résumé son ouvrage en disant qu’en RD Congo, des ressources fabuleuses cohabitent avec des populations vivantes, à plus de 80%, en deçà du seuil de la pauvreté absolue. Pour cerner ce paradoxe, Chérubin Okende engage la réflexion dans la perspective d’une révolution substantielle du leadership et du jeu politique. Dans les méandres du jeu politique, l’auteur a relèvé des singularités d’un leadership dystonique et ses effets pervers qui engluent le pays dans un spectre tragique de la déchéance de l’Etat depuis son accession à l’indépendance en 1960. Il en identifie des impacts sur tous les secteurs vitaux de la vie nationale.


Néanmoins, Chérubin Okende croit encore en l’avènement d’un Congo vigoureux ; une république réellement démocratique, debout et plus belle qu’avant. L’avènement de ce Congo du rêve des pères des indépendances africaines est encore possible. L’auteur estime que seule la voie de l’audace, passage obligé pour l’accession à cette société de nouvelles espérances, permettra de tirer la quintessence d’une légitimité substantielle afin d’agir avec la ferveur de la foi collective.

 Les défis majeurs consistent à préserver des acquis audacieux, assainir le jeu politique et développer de nouveaux paradigmes pour un leadership dynamique et visionnaire. La RDC peut bien négocier son virage délicat et souhaitable vers la modernité et l’émergence mais à condition de catéchiser la religiosité de l’Etat, de construire le patriotisme constitutionnel et de suivre la voie de la sagesse, résumé du livre de l’auteur, Chérubin Okende Senga.       

S’agissant des attributions du ministère des transports, il convient de préciser que ce ministère a pour attributions, l’Organisation et la gestion des transports aérien, terrestre, fluvial, lacustre et maritime ; Aéronautique civile; Météorologie; Marine marchande; Exploitation des infrastructures routières, ferroviaires, maritimes, fluviales, lacustres, aéroportuaires et de météorologie ; Equipements des transports routier, ferroviaire, maritime, fluvial et lacustre et de l’aviation civile.     

Il a aussi la mission de qualification du personnel technique en transport routier, ferroviaire, maritime, fluvial et lacustre et de l’aviation civile ; Elaboration de la politique nationale des transports ; développement coordonné de tous les moyens et équipements des transports publics ; Promotion de l’inter-modalité des transports et ses plateformes ; Etude pour l’organisation et le développement des activités du sous-secteur des auxiliaires des transports (commissionnaires en douane, transitaires, courtiers, affréteurs, agents de fret, consignataires, groupeurs, emballeurs, manutentionnaires, agents de voyage, agents portuaires, etc.) ; Octroi des titres d’exploitation et de sécurité de transport et auxiliaires. Etude et élaboration des normes en matière de conditionnement et d’emballage des marchandises pour le transport, la manutention et le stockage.

Roger Kabata   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *